Les réunions annuelles de Franche-Bourgogne

La réunion annuelle de Franche-Bourgogne s’est tenue cette année en Haute-Saône, à la halle aux grains de Jussey, le 26 mai. Le thème retenu : les poids et mesures d’autrefois en Franche-Comté, Bourgogne, Bassigny Champenois, Barrois Lorraine, Montbéliard…

Franche-Bourgogne

Jussey (Haute-Saône) samedi 26 mai 2018

Thème de la journée :

Les poids et mesures d’autrefois en Franche-Comté

avec pour intervenants :

Paul Delsalle, Jean-Luc Volatier, Alain Guerreau, André Bouvard, Catherine Chapuis, Jean-Claude Charnoz.

Le groupe a été accueilli par le maire de la ville, Olivier Rietmann, Laurence Delobette et une petite équipe de bénévoles de l’association assurant toute la logistique et le service du repas avec une grande efficacité.


L’idée d’une journée de conférences consacrée aux chiffres peut paraître rébarbative. On serait surpris de constater tous les enseignements qui en dérivent, sur le fonctionnement de la société et aussi sur son image. Par exemple, nous savions que la taille des maisons, le nombre de pièces, les hauteurs de plafond, la largeur des portes, l’ornement des fenêtres… donnaient des indications sur le « rang » du propriétaire ou les fonctions exercées. Mais aviez-vous pensé que de la hauteur des portes, on peut présumer de la hauteur des hommes (en tenant compte du fait que – comme le faisait remarquer un participant – un comtois sort toujours « couvert » d’un chapeau). Or la hauteur minima d’une porte est de 1,70 m. Ceci recoupe les informations anthropologiques du XIXe siècle selon lesquelles les hommes sont encore classés en trop petits pour le service militaire (moins d’1m57), petits (moins d’1m67), grands à partir d’1m68) ? Saviez-vous que la multiplicité des procès et contestations en matière d’échanges commerciaux en tout genre, s’expliquait par la multiplicité des vocables et des unités de mesure, spécifiques à chaque matière échangée, et aussi d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre et que l’on pouvait selon que l’on achetait ou vendait, tenter d’utiliser une unité différente.

franche-bourgogne haute-saone-salsa PoidsMesuresJussey2018

Publication par Haute-Saône Salsa de la journée de Franche-Bourgogne

Une idée de cette multiplicité (que Philippe II aurait eu la volonté d’uniformiser en 1597, sans grand succès) : on mesure la taille en toise (la toise valant 6 pieds), pied et pouce ; mais il y a pied de roi en Champagne, pied lorrain, pied barrois, pied comtois… On mesure le grain en quarte, coupeau et casse ; les champs en « journaux », terme correspondant à une journée de travail (mais cela dépend de la densité de l’ensemencement, de la saison, de l’hygrométrie…) ; le bois en moule (forme dans laquelle on empile le bois de chauffage), et en corde : mais le « moule » en Haute Marne ou à Baume-les-Messieurs représente 2,194 stères et seulement 1,470 à Dijon, et la « corde » va de 48 à 200 pieds cubes, c’est-à-dire de 1,645 stères à 6,8554… Je m’y perds et pour tout savoir, mieux vaut attendre la publication des actes de cette journée, l’année prochaine, à la même date (25 mai). (Voir toutes les publications disponibles)


Franche-Bourgogne est un groupe de recherches historiques sur la période du XIe au XVIe siècle en Comté de Bourgogne – dite aussi « La Comté », ou la Franche-Comté, distinguée du duché, dès le Moyen-âge – constitué au printemps 2012, autour du Professeur Paul Delsalle Maître de conférence à l’Université de Besançon. Le Jura français dans son numéro 293 du premier trimestre 2012, faisait connaître cette création et résumait son objectif en ces termes : « Organiser des conférences, des journées d’études, des visites, des publications etc. Ce sera un peu la suite des Chifflet et des entretiens de Fondremand. Tous les aspects du comté de Bourgogne seront pris en compte : institutions, politique, religion, économie, arts… Le groupe intitulé Franche-Bourgogne (l’expression est de Loys Gollut, 1592) est ouvert à tous, enseignants, généalogistes, membres des sociétés savantes, auditeurs de l’université ouverte… La participation est libre et gratuite ».

Le Jura Français publiait par ailleurs à cette époque, plusieurs articles de M. Delsalle tels au 293, Une énigme historique, des arbres de Sully »,

Franche-Bourgogne

ou au 295, Les assassinats dans les tavernes en Franche-Comté au XVIIe siècle.

Franche-Bourgogne

Les colonnes de la revue ont également présenté deux de ses ouvrages, Charles Quint et la Franche-Comté (n° 295) Franche-Bourgogne

 

et son étude sur la criminologie, intitulée Crimes et châtiments en Franche-Comté au temps de Ravaillac (n° 296). Franche-Bourgogne

Pour l’association nouvellement créée, rappelons que les thèmes choisis ont été en octobre 2012, l’Habitat, les villages les bourgs, les maisons du Comté de Bourgogne, en mai 2013, Villages, maisons et châteaux de Moyen-âge et de la Renaissance comtoise, (ces deux premières journées ayant eu lieu au Château de Valleroy), en mai 2014, Histoire du port de Gray, (aux anciens ateliers de construction de la fonderie), en avril 2015, Champlitte place forte du comté de Bourgogne du XIIIe au XVIIe siècle, en juin 2016, A la table des Bourguignons du comté (Château de Belvoir) et en mai 2017, Vignes et vignerons dans la comté de Bourgogne du XIVe au XVIIIe siècle (salle des fêtes, espace Pasteur à Arbois). Citons encore la journée d’étude franco-Suisse qui s’est tenue au Salon Rouget de Lisle du conseil général du Jura à Lons le Saunier en octobre 2014, sur le thème des Paysages forestiers comtois et jurassiens.

Chacune de ces journées donne lieu à la publication des actes, remise aux participants l’année suivante.


Le thème de l’année prochaine est dès à présent fixé et traitera des costumes qui contrairement à ce que l’on dit parfois avaient leur spécificité comtoise.

Franche-Bourgogne

Rendez-vous l’année prochaine

à Lons-le-Saunier

le 25 mai 2019

Vêtements et costumes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.