Les échos

entete Les échos

Cette rubrique a été mise à jour pour le N°314 juste avant la parution du N°315.

Ci-dessous les N°314 à 297.   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N°314

Le Jura Francais N°314 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°314 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N°314 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°314 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°314 Echos page 31

Deux colloques importants pendant le week-end de l’Ascension.
L’Association Française pour l’Étude de l’Age du Fer tenait son 41e colloque international à Dole autour du thème des Sanctuaires.
Le groupe de recherches historiques Franche-Bourgogne constitué et dirigé depuis 2012 par les maitres de conférence de l’Université de Besançon, Paul Delsalle (histoire moderne), et Laurence Delobette (histoire médiévale), proposait pour la sixième année consécutive une journée de conférences qui s’est tenue à Arbois le 27 mai 2017.
Les thèmes choisis tournaient autour de la vigne en Comté de Bourgogne, du XIVe au XVIIe siècle, présentés par des membres de l’association, enseignants, professeurs, archivistes-paléographes.

Le Jura Français N°314 Echos page 32

Vernissage au Musée de Pontarlier.
Le Jura Français s’est fait l’écho dans son dernier numéro le 313, de la tenue de l’exposition des Bois Gravés de Robert Fernier au musée de Pontarlier du 14 avril au 26 juin 2017.

SUISSE
Absinthe sur toile
Du 21 avril 2017 au 25 février 2018

Le Jura Français N°314 Echos page 33

DOLE
Who’s afraid of Steve Gianakos ?
Musée des Beaux-Arts de Dole du 16 juin au 24 septembre 2017

DOLE
Jules Adler.
Peindre sous la IIIe République
Musée des Beaux-Arts de Dole du 13 octobre 2017 au 11 février 2018

Le Jura Français N°314 Echos page 34

ORNANS
Le photographe Vincent Knapp
Histoires d’Ateliers
Musée Gustave Courbet Du 1er juillet au 16 octobre 2017

Les Echos N°313     Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N°313

Le Jura Francais N°313 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°313 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N°313 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°313 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°313 Echos page 33

DOLE
Le musée des Beaux-Arts
Du 10 mars au 28 mai 2017
« Peindre, dit-elle »

Le Jura Français N°313 Echos page 34

SAINT-AUBIN 9 et 10 juin 2017
ROCKALISSIMO

Les Echos N°312     Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N°312

Le Jura Francais N°312 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°312 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N°312 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°312 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°312 Echos page 33
Le salon MADE IN JURA 2016
plus de 50 000 visiteurs !
Une renaissance spectaculaire

DOLE
Musée des Beaux-Arts
De David à Courbet
du 14 octobre 2016 au 19 février 2017
Chefs d’œuvres du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon
Le musée s’exporte : Besançon à Rennes, Dole et Clermont-Ferrand

Les Echos N°311     Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N°311

Le Jura Francais N°311 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°311 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N°311 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°311 Echos 4ieme de couverture – Chapelle des annonciades Exposition de Bannières brodées Du 24 au 30 octobre 2016

Le Jura Français N°311 Echos page 32
Dans le Doubs, quand le numérique se met au service de l’écologie
Cartesvertes.fr, voilà une adresse internet à mettre dans toutes les tablettes (numériques !) tant le projet nous concerne.

Un commandant-photographe Jean-Baptiste Tournassoud
Musée de la Bresse-Domaine des Planons – 17 juin 2016 – 15 novembre 2017
Domaine des Planons, 987 chemin des Seiglières, 01380 Saint-Cyr-sur-Menthon – France
Tél. + 33 (0)3 85 36 31 22

Le Jura Français N°310

Les Echos N°310     Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Francais N°310 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°310 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N°310 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°310 Echos 4ieme de couverture Suzanne Belperron

Les Echos N°309     Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Francais N°309 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°309 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N°309 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°309 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°308     Haut de la page ou N° :  314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N°308 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°308 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°308 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°308 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°307     Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N°307 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°307 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°307 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°307 Echos 3ieme de couverture

Les Echos N°306    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Français N 306 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°306 Échos 3ieme de couverture

Le Jura Français N 306 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°306 Échos 4ieme de couverture

 

Les Echos N°305    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

Le Jura Francais N 305 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°305 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 305 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°305 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°304    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 304 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°304 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 304 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°304 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°303    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 303 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°303 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 303 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°303 Echos 4ieme de couverture

 

Les Echos N°302    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 302 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°302 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 302 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°302 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°301    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 301 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°301 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 301 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°301 Echos 4ieme de couverture

 

Les Echos N°300    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 300 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°300 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 300 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°300 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°299    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 299 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°299 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°299 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Francais N 299 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°298    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 298 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°298 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 298 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°298 Echos 4ieme de couverture

Les Echos N°297    Haut de la page ou N° :   314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 

Le Jura Francais N 297 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Français N°297 Echos 3ieme de couverture

Le Jura Francais N 297 Echos 4ieme de couverture

Le Jura Français N°297 Echos 4ieme de couverture

Haut de la page ou N° :     314   313   312   311    310  309   308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte

 


ANNEXES au format texte pour les articles, commentaires et légendes des images de cette rubrique « Les Échos » :


 

séparateur OURS JF88 1960 page 155 retouché 928x17 vert 339966Jura Français N 314 Janvier – Avril 2017

N°314 Les échos Page 31


Deux colloques importants pendant le week-end de l’Ascension.

L’Association Française pour l’Étude de l’Age du Fer

Lire la suite

L’Association Française pour l’Étude de l’Age du Fer tenait son 41e colloque international à Dole autour du thème des Sanctuaires. On ne peut rendre ici la richesse des exposés qui ont illustré ce thème au cours des journées des 26 et 27 mai, depuis les premiers symboles naturels divinisés, leur transformation, leur organisation… à travers la Péninsule ibérique, l’Autriche, la Bavière, la Suisse et bien sûr de nombreuses régions de France. Pour le Jura français, on signalera l’intervention du Président de l’AFEAF, Philippe Barral, car elle était consacrée aux sanctuaires laténiens du centre-est de la Gaule dont « plusieurs ensembles importants ont été reconnus partiellement ou fouillés de manière extensive » ; quelques lieux relevés : Nitry-en- Champagne, « le Tremblois » de Villiers-le-Duc, et Mirebeau-sur-Bèze, en Côte d’Or, « la grande Chaume » de Fontaine-la-Gaillarde, dans l’Yonne, avec ses deux enclos funéraires carrés, et bien sûr le grand ensemble cultuel du « Champ des Fougères » et du « Clos du château » à Mandeure dans le Doubs. D’autres, plus hypothétiques à Besançon, à Sens, Avrolles dans l’Yonne…Champigny-les-Langres en Haute-Marne.
Faisait également partie de la première journée, l’inauguration de l’exposition des récentes découvertes celtes en Bourgogne Franche-Comté au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Dole, voisin du Manège du Général Brack où se tenait le colloque. Certains d’entre nous n’ont pas manqué d’en profiter pour voir ou revoir les salles du sous-sol consacrées aux antiquités et surtout aux merveilles de l’art médiéval. Par ailleurs la richesse architecturale de la ville de Dole a beaucoup impressionné les participants qui ont pu bénéficier le lendemain d’une visite guidée avant de se quitter.

Le groupe de recherches historiques Franche-Bourgogne

Lire la suite

Le groupe de recherches historiques Franche-Bourgogne constitué et dirigé depuis 2012 par les maitres de conférence de l’Université de Besançon, Paul Delsalle (histoire moderne), et Laurence Delobette (histoire médiévale), proposait pour la sixième année consécutive une journée de conférences qui s’est tenue à Arbois le 27 mai 2017.
Les thèmes choisis tournaient autour de la vigne en Comté de Bourgogne, du XIVe au XVIIe siècle, présentés par des membres de l’association, enseignants, professeurs, archivistes-paléographes :
• Les plus anciennes représentations cartographiques, celles qui parlent de la vigne et celles qui ne l’ont pas signalée – bien que la vigne ait été bien plus répandue qu’aujourd’hui, et peut-être pour cette raison même, les plus anciennes représentations de la vigne datent seulement des XVIe et XVIIe et celles de villes importantes comme Salins, Poligny, et même Château-Chalon en sont dépourvues – la forme et la disposition des parcelles, parallèles ou imbriquées, le symbole des pieds de vignes, échalas ou paisseaux ou, plus rarement, simples ceps chargés de grappes…
• L’architecture des voûtes, caves, celliers, peu enterrés avec leur porte en plein cintre et chanfrein plat, leur disposition au nord… leurs dimensions variables quant à la longueur, mais assez stéréotypées quant à la largeur (autour de plus ou moins cinq mètres), leur aménagement intérieur avec « placards », et ces petites ouvertures baptisées larmiers…
• Ce que les testaments nous révèlent – après les habituelles identités et motivations des donateurs et bénéficiaires – de l’importance de la vigne, unités de mesure, quantités et qualités léguées, mobilier servant à la vinification…
• Présentation des documents d’archives sur lesquels travaillent les historiens pour appréhender terroirs et territoires viticoles et leur classification, les propriétaires, transmissions, statuts (fief et censive), exploitants, fabrication et matériel , commerce et revenus, confréries… la perception des droits, le vocabulaire particulier : « coller » le vin, le « taster »… A l’appui de son intervention, Patricia Guyard, directrice des archives départementales, présentait sous vitrine, quelques documents authentiques, pour que les archives témoignent.
• D’autres exposés encore sur les vins d’Arbois dans les Pays-Bas, sur les vignes communales – la plus ancienne à Cirey les Bellevaux en 1380, d’autres à Besançon, Faverney, ou à Sampans, Jouhe (fin XVIe), Conliège, Authume, Menotey, Archelange au XVIIe – sur les instruments et bois utilisés pour la fabrication des échalas – dont le nombre est très impressionnant : six millions par an à Arbois en 1850 pour leur seul renouvellement – et des merrains : départoir, coutre, doloire, bâtissoir …
• Le « biou » terminait le cycle : les débats sur l’origine de son nom, sa confection, sa célébration ; une tradition qui perdure et pourrait le faire figurer au rang de Patrimoine de l’Humanité, car il remplit les conditions requises.
Philippe Bruniaux, maire adjoint d’Arbois chargé des affaires culturelles, entendu lors de ce dernier exposé, accompagnait tous les déplacements des participants : tant au déjeuner, dans la superbe cave de l’ancien couvent des Ursulines, aujourd’hui hôtel de ville (où l’on pouvait voir outre la série de posters racontant la vigne et le « biou », une intéressante reconstitution de la « quête » de Louis Pasteur), qu’en fin de journée, pour les visites de l’église St Just, puis de la célèbre « cave de la reine Jeanne ».

Geneviève Pérès-Labourdette


N°314 Les échos Page 32


Vernissage au Musée de Pontarlier.

Le Jura Français s’est fait l’écho dans son dernier numéro le 313, de la tenue de l’exposition des Bois Gravés de Robert Fernier au musée de Pontarlier du 14 avril au 26 juin 2017. Cette exposition a vu le jour grâce à Laurène Mansuy, directrice du musée et Brice Leibundgut coordinateur de l’événement. Était présenté un premier inventaire des bois gravés du peintre, appuyés de diverses correspondances de l’auteur, et d’explications sur la technique et les instruments utilisés pour la réalisation de ce type de gravures. Lors de l’inauguration ont pris la parole, aux côtés des organisateurs cités ci-dessus, le maire adjoint de Pontarlier, René Emili, et le petit fils du peintre, Olivier Bédat présent avec sa mère, fille de Robert Fernier, entourés d’une nombreuse assemblée. Robert Fernier, entre autres nombreuses activités, fut le créateur et directeur des éditions La Gentiane bleue.

SUISSE – Du 21 avril 2017 au 25 février 2018 – Absinthe sur toile

Pour sa nouvelle exposition temporaire, la Maison de l’Absinthe a l’honneur d’accueillir des artistes de Franche-Comté. Grâce à la collaboration des Amis du musée de Pontarlier, Absinthe sur toiles réunit en seul lieu, une trentaine d’oeuvres sur le thème de l’absinthe. Les travaux de 26 élèves du Lycée Xavier Marmier de Pontarlier côtoient ainsi des peintures de Martine Letoublon et des oeuvres du graffeur Benjamin Locatelli. Verre d’absinthe, fée, cuillère, tous les motifs chers aux artistes de la Belle Epoque sont ici réinterprétés par des artistes du XXIe siècle.

Maison de l’Absinthe
Grande Rue 10 – 2112 Môtiers – NE – Suisse – Tél. +41 (0)32 860 10 00 – www.maison-absinthe.ch


N°314 Les échos Page 33


DOLE : Who’s afraid of Steve Gianakos ?

Musée des Beaux-Arts de Dole – Du 16 juin au 24 septembre 2017
Exposition coproduite avec la galerie Semiose, Paris.
Commissariat de l’exposition : Amélie Lavin

Il existe mille raisons d’avoir peur de Steve Gianakos : son oeuvre touche à tout, ne respecte rien et pille tout le monde. L’artiste découpe, photocopie, colle, peint, dessine, malmenant ses objets, ses figures, troués en tous sens, cous coupés, corps démembrés et recollés culs par-dessus têtes. Sans vergogne, Gianakos prend un malin plaisir à dézinguer tous les codes et toutes les valeurs du bon goût et de la bonne conduite. L’exposition présentée à Dole sera l’occasion de rassembler un ensemble d’environ 80 peintures et œuvres sur papier réalisées entre 1980 et aujourd’hui. Une tentative de rétrospective afin de découvrir l’ampleur du travail de Gianakos, sa cohérence en même temps que les différentes pistes, formelles, plastiques, iconographiques, intellectuelles qu’il n’a cessé d’ouvrir jusqu’à aujourd’hui.

Musée des Beaux-Arts de Dole, 85 rue des Arènes 39100 Dole
Tél. 03 84 79 25 85 / musee.dole@wanadoo.fr – www.facebook.com/museedole

illustration : Gianakos, Bird brain © Musée des Beaux-Arts de Dole

DOLE : Jules Adler – Peindre sous la IIIe République

Musée des Beaux-Arts de Dole du 13 octobre 2017 au 11 février 2018
Exposition coproduite avec le musée de la Piscine de Roubaix et le Palais Lumière d’Évian
Visite de presse : le jeudi 19 octobre à 14h30
Vernissage : le jeudi 19 octobre à 18h30
Commissariat de l’exposition : Amélie Lavin, Vincent Chambarlhac, Bertrand Tillier

Peintre franc-comtois né à Luxeuil-les-Bains, Jules Adler (1865-1952) s’inscrit dans le courant des artistes naturalistes qui ont incarné une voie alternative entre les avant-gardes impressionnistes et un art plus officiel qu’on dit académique, à la fin du XIXe siècle. Adler, peintre aujourd’hui largement oublié malgré une longue et véritable carrière institutionnelle, n’avait encore jamais fait l’objet d’un véritable travail de fond ni d’aucune exposition d’importance. Celle qui est organisée à Dole, puis à Évian et Roubaix, sera donc l’occasion de réécrire et de découvrir l’oeuvre complexe de ce peintre, prise entre modernité et académisme, de mieux comprendre ses hésitations formelles et iconographiques, son inscription dans le contexte historique, socio-culturel et politique de la Troisième République.

Musée des Beaux-Arts de Dole, 85 rue des Arènes 39100 Dole
Tél. 03 84 79 25 85 / musee.dole@wanadoo.fr – www.facebook.com/museedole

illustration : Jules Adler, Paris vu du Sacré-Coeur © Musée des Beaux-Arts de Dole

ORNANS : Le photographe Vincent Knapp, Histoires d’Ateliers

Musée Gustave Courbet Du 1er juillet au 16 octobre 2017

Robert Fernier commandait en 1986-87 une série de photographies d’ateliers à Vincent Knapp. Il en réalise 88 et toutes à Paris. Elles ont fait l’objet d’une exposition en 1987 au musée Courbet. Il s’agit aujourd’hui plutôt d’une relecture de cet événement en choisissant une dizaine d’artistes du reportage de 1987 et d’y ajouter des photographies plus récentes.

Musée Gustave Courbet
1 place Robert Fernier, Ornans
De Juillet à Septembre ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 à 18h

PIERRE-DE-BRESSE : Tirado, du 13 mai 2017 au 1er octobre 2017

Damian Tirado, peintre et sculpteur originaire du Venezuela résidant à Savigny-en-Revermont vous présente son « rapport d’émerveillement » face au château, à son parc, à son architecture et à ses collections. Tombé amoureux de la Bresse, il est un artiste qui peut être qualifié d’instinctif. Il décrit ses oeuvres comme figuratives et contemporaines et le moins que l’on puisse dire, c’est que celles-ci sont plutôt « fichtrement » colorées.

Tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h
Tarifs : gratuité jusqu’à 18 ans, adultes : 8 €.
Écomusée de la Bresse bourguignonne
Château départemental
71270 Pierre-de-Bresse
Tél : 03.85.76.27.16

séparateur OURS JF88 1960 page 155 retouché 928x17 vert 339966Jura Français N 313 Janvier – Avril 2017

N°313 Les échos Page 32


PONTARLIER – 14 avril – 26 juin 2017 – Les Bois Gravés de Robert Fernier (1895-1977)

Une exposition des plus intéressantes organisée au Musée de Pontarlier en partenariat avec l’association des Amis de Robert Fernier.
Si l’on connait bien les nombreuse facettes de cet artiste, peintre figuratif, dessinateur, créateur du salon des Annonciades, ses réalisations sur bois gravés restent pour beaucoup d’entre nous à découvrir.
Conférence le 7 juin à 18h par Brice Leibungut coordinateur de l’exposition avec le musée de l’exposition.
Horaires de l’exposition : tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h-18h. – Samedi, dimanche et jours fériés de 14h à 18h.
Musée Pontarlier 03 81 38 82 16 – musee@ville-pontarlier.com
Tarif plein 4 € Tarif réduit 2 €

Illustrations :
– L’ermite des taules © Association Robert Fernier
– La maison au soleil © Association Robert Fernier

NOZEROY – Quadricentenaire des Annonciades

Nozeroy s’apprête à fêter pendant le week-end de la Pentecôte, du 2 au 4 juin, le quadri-centenaire de l’installation des Annonciades. C’est en effet en l’an 1616, que trois jeunes filles désireuses de se consacrer à Dieu, Charla Courdier, Jeanne Verchouent et Adrienne Poulet, avec l’aide de Mère Denizet – sœur de Gilbert Cousin et fondatrice des Annonciades de Pontarlier – choisirent pour la fondation de leur futur couvent, l’emplacement de l’ancienne maison des Hélions. Avec la permission du seigneur de Nozeroy, prince d’Orange, et l’agrément de l’archevêque de Besançon, la bénédiction de cet emplacement et l’implantation de la croix eurent lieu le 10 septembre 1616, au cours d’une cérémonie grandiose, décrite dans Nozeroy, Vieille capitale des Chalon-Orange. Un mois plus tard était posée la première pierre, et le 9 juillet 1620, voyait l’entrée solennelle de la première prieure, Mère Etiennette Delizet, déléguée par Pontarlier.
La célébration de cet anniversaire s’annonce comme toujours à Nozeroy très dynamique et passionnante avec exposition, conférences et concert de musique renaissance. On pourra consulter le programme sur le site des Amis du Vieux Pays de Nozeroy.
www.amisduvieuxpaysdenozeroy.com

ARBOIS – A la recherche des œuvres d’Etienne-Charles Pointurier

Le musée d’art, hôtel Sarret de Grozon à Arbois prépare une exposition, pour l’été 2017, sur le peintre et lithographe Etienne-Charles Pointurier.
Né à Dole en 1809 et mort à Arbois en 1853, issu d’une famille d’imprimeurs dolois, Etienne Charles Pointurier fut professeur de dessin au collège d’Arbois. Derrière le peintre et lithographe à la sensibilité romantique se cachait un membre actif de la société secrète des Bons cousins charbonniers, placée sous surveillance policière pour ses activités politiques clandestines.
Nous recherchons des œuvres de cet artiste. Le transport sera effectué par nos soins et les œuvres seront assurées clou à clou. Toutes les bonnes conditions de présentation seront mises en œuvre pour leur bonne conservation le temps de l’exposition.
Si vous vous trouvez en possession d’une ou plusieurs œuvres de cet artiste vous pouvez contacter Mme Justine Sève, responsable des musées, des archives et du patrimoine de la ville d’Arbois.

Coordonnées 10 rue de l’Hôtel de ville 39600 Arbois, Tel: 03 84 66 55 44 ou jseve@arbois.fr

Illustration :
– René et Amélie © Musée d’art Sarret de Grozon


N°313 Les échos Page 33


DOLE – Le musée des Beaux-Arts – Du 10 mars au 28 mai 2017 – « Peindre, dit-elle »

Cet événement, vise à faire le point sur la vitalité de la scène artistique de femmes peintres travaillant en France aujourd’hui, et réunira 40 artistes.
Placé sous le commissariat de Julie Crenn critique d’art et commissaire indépendante et d’Annabelle Ténèze directrice du musée des Abattoirs de Toulouse, c’est le second volet d’une exposition présentée fin 2015 au musée départemental d’art contemporain de Rochechouart.
Cézanne : she was a great painter Carolee Schneemann (1975)

Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h sauf dimanche matin et lundi
ouverture en nocturne jusqu’à 20h, deux mercredis par mois,
entrée libre.

Renseignements :
85 rue des arènes – 39100 Dole
Tel.: 03 84 79 25 85
www.sortiradole.fr
www.musees-franchecomte.com
www.facebook.com/museedole

Illustrations :
– Incendie – Anne Bregeaut, 2017 © Musée Beaux-Arts Dole
– Chaire Masque – Oda Jaune, 2015 © Musée Beaux-Arts Dole
– Vidya Gastaldon, Garden Party, 2013 © Musée Beaux-Arts Dole


N°313 Les échos Page 34


SAINT-AUBIN – 9 et 10 juin 2017 – ROCKALISSIMO

Les 9 et 10 juin 2017 se tiendra le désormais incontournable festival de rock du Jura à Saint Aubin, avec une programmation très éclectique comme MASS HYSTERIA, DEMI PORTION, BLANKER REPUBLIC, BROCKEN BACK, FEFE, THE TOXIC AVENGER et encore de très nombreux artistes
Le site du festival à la Maison du Patrimoine est en extérieur. Deux scènes sont prévues pour une quinzaine de groupes qui est attendue pour un show musical non-stop de 19h00 à 02h00 chaque soir. Pour cette 11ème édition, l’équipe Plaine de Rock attend entre 3000 à 4000 festivaliers. Buvette et restauration seront proposées au public. Un espace VIP accueillera nos sponsors. Des stands de prévention et de sécurité seront en place selon la législation en vigueur. Parking et camping gratuits sont à la disposition des festivaliers.

Billet en ligne sur www.rockalissimo.com 16 E ou pass deux jours 25 E (+1,50 de frais )
Sur place 20 E ou pass deux jours 30 E
Ou dans les points de ventes suivants :
Saint-Aubin Bureau de tabac (aucun frais de location) Ouverture 30/03/17
Tavaux Super U, point presse (aucun frais de location) Ouverture 30/03/17
Chaussin Bureau de tabac Le Flash (aucun frais de location) Ouverture 30/03/17
Saint-Jean-de-Losne Bar La Cotinière (aucun frais de location) Ouverture 30/03/17
Dole FNAC (aucun frais de location) Ouverture 30/03/17

Illustrations
– Affiches ROCKALISSIMO
– deux Photos de scène ROCKALISSIMO © Sylvain Voizenet

séparateur OURS JF88 1960 page 155 retouché 928x17 vert 339966Jura Français N 312 Novembre – Décembre 2016


N 312 Les échos Page 33


Le salon MADE IN JURA 2016, plus de 50 000 visiteurs ! Une renaissance spectaculaire

À diverses reprises, en 2003, 2006 et 2009, et à l’initiative du Conseil Général du Jura, s’est tenu le salon MADE in JURA. Cet évènement a pour objectif de valoriser l’innovation des entreprises, des collectivités et des associations en assurant leur promotion, à l’intérieur et à l’extérieur du Jura. Ce genre de manifestation n’étant plus de la compétence d’un conseil départemental, c’est une association qui a repris le flambeau.

Lire la suite de l'article


Au cœur de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté (1), la ville de Dole est alors choisie pour réaliser cette action d’une si grande importance. La communauté de communes du Grand-Dole achète les anciens bâtiments d’« Idéal Standard », et trois mois de travaux intensifs, réalisés par vingt entreprises, sont alors nécessaires pour rénover et aménager les 18 000 m2 qui sont divisés en deux halls pouvant accueillir 20 000 personnes et 499 places de parking. Le coût de l’opération se monte à cinq Millions d’euros, mais le plus grand parc des expositions de la Bourgogne Franche-Comté est né.
L’arc jurassien, dans sa totalité y compris la Suisse peut ainsi, et veut, mettre en avant ses savoir-faire, ses savoir-vivre et ses savoir-être.
Soulignant l’importante diversité du territoire, quinze pôles sont proposés aux visiteurs : – Arts et communication – Culture, sports et loisirs – Santé – Prestations spécifiques – Automobile – Collectivités – Sécurité – Artisanat – Services aux entreprises – Développement économique et emploi – Jura numérique – BTP et arts de la maison – Bois – Agroalimentaire – Industrie – et un seul Jura en commun (2)…
Pour en avoir un aperçu très bref, citons en une énumération (non exhaustive) à la Prévert : des sculptures animales métalliques – constructions, objets en bois tourné, boites en bois précieux… meubles en cartons – massage – un cours de tennis – limonades ou bières artisanales, saucisses, miel, jus-de-fruits, confitures et conserves, vins du Jura… – des graphistes – des imprimeurs (dont l’imprimerie Chazelle, imprimeur du Jura Français) – des publications – l’Université Ouverte (à tous) de Franche-Comté – les stations de ski du Jura – les lunettes traditionnelles ou numériques pour voir à 360° – une association d’astronomie – le pilotage de voiture virtuelle – radios, journaux – la caravane obscura transformée en appareil photo, géant et mobile, dans lequel on peut pénétrer et parcourir ainsi les routes du Jura – l’armée de terre – départements environnants – plastiques en tubes ou en fil. On peut aussi observer des réalisations dans certains domaines très techniques comme la voiture autonome à hydrogène, ou les inventions des FabLab Comtois avec cet exemple : une imprimante 3D qui permet grâce à un « bidule », de suivre le circuit d’une bouteille en plastique vide qui se transforme en un fil pour imprimante 3D, via une extrudeuse « maison ». Plus étonnant encore, en biotechnologie, l’élevage de larves d’insectes (à Tavaux) qui seront transformées en farines riches en protéines pour animaux domestiques et d’aquaculture.

Le très grand succès du Salon est indiscutable, puisque pendant quatre jours, plus de 50 000 visiteurs (entrée libre et gratuite) un record jurassien, ont découvert ainsi, les propositions de 2 000 intervenants avec 450 exposants, dont 300 entreprises : industriels, PME, PMI, artisans, commerçants, autoentrepreneurs, commerçants, et environ cent associations et territoires représentés. À souligner, de la part des organisateurs, une réelle volonté d’assurer la sécurité pour tous, y compris celle de plusieurs personnalités et même d’un candidat à l’élection présidentielle !

1 la plus industrielle des nouvelles régions de France (confirmation INSEE avril 2016)
2 Expression utilisée par les organisateurs au cours de leurs remerciements

Michelle Bugnon


N 312 Les échos Page 34


DOLE – Musée des Beaux-Arts – De David à Courbet

du 14 octobre 2016 au 19 février 2017
Chefs d’œuvres du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon
Le musée s’exporte : Besançon à Rennes, Dole et Clermont-Ferrand

De la Révolution française (1789) à la Seconde République (1848-1852), le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon conserve un fonds de peintures et de dessins parmi les plus riches des collections publiques françaises avec des chefs-d’œuvre de David, Gros, Gérard, Delacroix, Ingres, Goya, Géricault et Courbet. Cet ensemble remarquable en qualité et en quantité demeure néanmoins mal connu et mal identifié. La fermeture pour rénovation du musée et le projet d’exposition proposé par le musée des Beaux-Arts de Rennes en partenariat avec ceux de Dole et de Clermont-Ferrand ont fourni une excellente occasion à l’étude, la restauration et la présentation hors-les-murs d’une sélection de près de soixante peintures et trente dessins. Le parcours de cette manifestation propose une lecture double de la collection. Il permet d’une part de saisir toute la diversité de la création picturale à une époque où se réforment les institutions et la hiérarchie des genres. Dans le même temps, la variété des peintures et des dessins contribue à faire comprendre la mise en place des courants néoclassique et romantique dont les représentants forment le cœur et la trame de l’exposition.

Illustrations :
– Théodore Chassériau, Femme suppliante, vers 1854
– Antoine Jean Gros, Une baigneuse, 1791
– Gustave Courbet, Le puits noir, vers 1865

Musée des Beaux-Arts de Dole
85 rue des arènes – 39100 Dole
tél : 33 (0)3 84 79 25 85
ouvert tous les jours de 10h à 12h & de 14h à 18h, sauf dimanche matin et lundi
ouverture en nocturne jusqu’à 20h deux mercredis par mois
entrée libre,
renseignements au 03 84 79 25 85
www.sortiradole.fr et www.musees-franchecomte.com www.facebook.com/museedole

séparateur OURS JF88 1960 page 155 retouché 928x17 vert 339966Jura Français N 311 Juillet – Octobre 2016

Les échos

Page 31


Dans le Doubs, quand le numérique se met au service de l’écologie

Cartesvertes.fr, voilà une adresse internet à mettre dans toutes les tablettes (numériques !) tant le projet nous concerne.

Lire l'article


Ce site permet une géolocalisation des acteurs de la région menant une ou des actions en faveur de l’écologie et de l’environnement.
Un des co animateurs de ce projet, Arnaud Bartoulot, en explique l’idée originelle. Elle est venue après la constatation de la récurrence d’une question posée par la plupart des gens se sentant concernés par l’écologie, et qui peut se résumer ainsi : que peut-on faire à notre niveau ? La réponse est désormais « cliquez ».
Quatre thèmes vous sont proposés : agir pour la nature; consommer autrement; réduire ses déchets et maîtriser sa dépense énergétique. Ainsi, vous pourrez trouver les acteurs locaux qui vous aideront, au choix : à acheter solidaire, manger bio, recycler, réaliser un inventaire naturaliste, aménager un passage à faune, privilégier l’éco conception, choisir des énergies renouvelables et bien d’autres actions encore !
Le site est créé, en partenariat avec France Nature et Environnement, section Franche-Comté, par des bénévoles qui utilisent des logiciels libres de droit. Ils bénéficient aussi du soutien du Conseil Régional Bourgogne Franche-Comté, de la Chambre des Métiers ainsi que des Chambres Régionales de l’Économie Sociale et Solidaire.
Ce site fonctionne sur l’interaction de tout un chacun qui peut signaler un acteur agissant en faveur de l’écologie et de l’environnement.
Une des perspectives de ce projet est de l’étendre bien évidemment à toute la région Bourgogne Franche-Comte.

Un commandant-photographe Jean-Baptiste Tournassoud

Lire l'article

À partir des fonds collectés et conservés par les services du Département de l’Ain, le musée départemental de la Bresse-Domaine des Planons propose une exposition à vocation monographique dévoilant le regard porté par le photographe de l’Ain, Jean-Baptiste Tournassoud (1866-1951), sur son siècle bouleversé par la Grande Guerre.
L’exposition met en scène de nombreuses plaques photographiques, tirages, impressions, correspondances, magazines illustrés… et révèle la fécondité artistique du photographe et la richesse de son oeuvre. Elle souligne l’importance de l’Ain dans son oeuvre, l’influence du cercle intime, valorise le rôle structurant de la Grande Guerre et de sa carrière militaire, et caractérise la dimension artistique et picturale de ses clichés.
Cette exposition a reçu le label « Centenaire » distinguant les projets les plus innovants et les plus structurants pour le territoire.


Musée de la Bresse-Domaine des Planons
17 juin 2016 – 15 novembre 2017
Domaine des Planons, 987 chemin des Seiglières,
01380 Saint-Cyr-sur-Menthon – France
Tél. + 33 (0)3 85 36 31 22

3ieme de couverture


LONS-LE-SAUNIER

Le musée des Beaux-Arts de Lons-le-Saunier consacre sa grande exposition annuelle au peintre jurassien Pierre Klemczynski (1910-1991) du 11 juin au 6 novembre 2016, vingt-sept ans après sa dernière rétrospective.
70 huiles et dessins créés de 1927 à 1980 retracent la riche carrière nationale et internationale de cet artiste figuratif, lauréat du prix d’expression des musées nationaux en 1949, du prix de la Critique, équivalent au Goncourt en littérature, en 1972, et du prix Léonard de Vinci en 1973

SAINT-CYR SUR-MENTHON

Un commandant-photographe Jean-Baptiste Tournassoud

PONTARLIER

Bud SPENCER
Le gentil cogneur
1929-2016
Exposition 24 septembre – 24 octobre 2016
Hall de l’Hôtel de Ville
Faisant suite à la disparition de l’acteur italien Bud Spencer (1929-2016), le Centre de Ressources Iconographiques pour le Cinéma des Amis du Musée de Pontarlier a souhaité lui rendre hommage à travers une exposition d’affiches de ses films

4ieme de couverture


PONTARLIER

Chapelle des annonciades
Exposition de Bannières brodées
Du 24 au 30 octobre 2016
Plus d’une quarantaine de bannières brodées en provenance de France, Italie et Suisse
Illustrations :  
– Bannière du Prieuré de Lay Dampvautier à Saint Point Lac (Photo Eric Striberni)
– Le sacristain, d’après un dessin de Josette Coras
– Gigny (Photo M-J Lambert)
– Oriflamme Ruffey sur Seille (Photo de J-P Gautier)
– Affiche, création de Martine Prenot-Guinard

 

séparateur OURS JF88 1960 page 155 retouché 928x17 vert 339966Jura Français N 310 Avril – Juin 2016

Les échos

Page 31


Deux inaugurations à Nozeroy le 4 juin 2016

A l’initiative du Maire de la ville, Dominique Chauvin, et de l’Association historique des amis du vieux pays de Nozeroy (ADVPN), une plaque commémorative pour l’homme politique Jean-Nicolas Démeunier et les premiers travaux de consolidation et mise en valeur du château des Chalon.

Lire l'article de G. Pérès-Labourderre

Les invités, la confrérie de la Tour et le groupe musical de « la Lyre Andelotienne » prennent place dans le Grand’rue, au pied de la «maison aux arcades».
Le Maire, D. Chauvin, après avoir salué les personnalités présentes, le député M.C. Dalloz, le sénateur-conseiller général, G. Bailly, le Président de la Communauté de communes, C. Parent, remercie tous ceux qui ont contribué aux travaux de restauration du château de leurs mains ou par des aides financières (DRAC, conseil général et régional, communauté de communes, ville de Nozeroy, mécènes).
Le Président d’ADVPN, membre des Chevaliers de la Tour, J. Mivelle, évoque la vie et la carrière de cette grande personnalité du pays, Nicolas Démeunier : Né à Nozeroy en 1751, élu aux Etats généraux, il participe à la rédaction de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, et en 1791, à l’institution de la Cour de cassation ; réfugié en 1793 aux États-Unis, il en revient après la mort de Robespierre, siège aux assemblées du Directoire et du Tribunat, et du Sénat en 1802. Auteur de nombreux ouvrages, notamment un essai sur les usages des différents peuples, il décède en 1814, léguant à sa ville natale son importante bibliothèque. Il est enterré au Panthéon à Paris.
L’honneur rendu aujourd’hui était très attendu ; déjà en 1930, l’auteur du Vieux Nozeroy écrivait que son nom serait plus justement attaché à la
place que celui d’Henri IV : « Quand une ville n’a qu’à choisir entre Philibert de Chalon, Pajol, Démeunier, la Bienheureuse Loyse, Gilbert Cousin,
J.B. du Tronchet, Montrichard… il est aussi ridicule d’aller chercher Henri IV que le grand Mufti ». L’Ecole de Musique offre quelques prestations de ses jeunes élèves assez prometteurs, puis Marie-Christine Dalloz dévoile la plaque posée sur la maison où naquit Nicolas Démeunier.
Les assistants se rendent sous les murs du château pour entendre les explications de l’ancien maire André Vuillermoz – bénévole de la première heure, et qui, il y a neuf ans, fut à l’origine des travaux de restauration – et de l’archéologue M. Brunet qui souligne l’aspect, précurseur avant la Renaissance, de l’escalier droit (1440) ; celui-ci ouvrait sur les beaux jardins en pente douce devant le château, et sur le « champ du tournoi », ce dernier tournoi donné à l’occasion de l’entrée de Philibert de Chalon dans l’ordre de la Toison d’Or. Quelques mots de félicitation de M.C Dalloz et de G. Bailly, puis on accède « au Saint des saints » par la porte, symboliquement ouverte par Renée Rousseau, doyenne du théâtre de rue, les « Va-t-en rêve ». Elle incarne Catherine de Sault, confidente de Loyse de Savoie. On découvre l’arc roman orné d’une frise, le bas relief des bateliers, la rampe, l’escalier, la cheminée…

G. Pérès-Labourdette

Photos : L’escalier droit, son arc roman, sa rampe, les bateliers. Au pied, Renée Rousseau en Catherine de Sault.

3ieme de couverture


SAINT-CLAUDE

Musée de l’Abbaye du 1er juillet au 27 novembre 2016

Exposition Paul Rebeyrolle et « La Jeune Peinture » Héritage de Courbet

Des œuvres de la période 1949-1955 représentant ses années de vie et de création dans les ateliers de la Ruche à Paris. Cette exposition établit un
lien entre les thèmes chers à l’artiste ( membre du mouvement « La Jeune Peinture »), nature morte paysage, portrait…, réalisés dans les traces du
grand maître Courbet.
Musée de l’Abbaye à Saint Claude
3 place de L’Abbaye 39200
www.museedelabb

DOLE

ART ORIENTÉ OBJET
Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin

MICROBIOTA du 10 juin au 25 septembre 2016

Musée des Beaux-Arts de Dole
85 rue des Arènes – 39100 Dole 03 84 79 25 85

Maison natale de Pasteur
43 Rue Pasteur – 39100 Dole 03 84 72 20 61

Depuis 1991, les artistes Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin collaborent sous le nom d’Art Orienté Objet, explorant avec patience, détermination, courage et humour rien moins que le vivant dans sa totalité. Partant de leur propre confrontation au monde scientifique, ils ont imaginé une exposition quasi thérapeutique, qui, à partir du constat de ce que nous faisons au monde, au vivant, à nous-mêmes, rêve ou cauchemar de ce qui pourrait advenir, ce qui arrive déjà, tente d’inventer des processus de réparation.

PONTARLIER

Chapelle des Annonciades du 9 Juillet au 15 août 2016
Les Amis du Musée de Pontarlier
87e Salon des Annonciades

Véritable vitrine de l’art comtois contemporain, le Salon des Annonciades est le plus ancien salon artistique de Franche-Comté. Cette année une quarantaine d’artistes invités, 24 peintres, 13 sculpteurs, 2 céramistes et plus de 80 œuvres. Entrée Libre, tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 19h.

4ieme de couverture


Suzanne BELPERRON

Une Franc-Comtoise révolutionne l’art de la joaillerie
1- Collier « bambou » en diamant, platine et or agrémenté de deux broches détachables. Société Suzanne Belperron.
Appartenait à la collection de Mary Picha-Eisenstein, femme de Boris Eisenstein, fondateur de la Société parisienne de sonorisation chargée de doubler les films étrangers en français.
Archives Belperron, LLC. (Photo David Behl).

2- Bague « tourbillon » en caldédoine blonde sculptée et or gris ornée d’une perle. Société Suzanne Belperron.
Collection de la galerie Primavera, New York.
(Photo David Behl).

3- Paire de broches « edelweiss » en calcédoine sculptée, diamant et or gris. Groëné et Darde pour Herz-Belperron.
Collection particulière (Photo David Behl).

4- Broche « papillon » multicolore en saphir, tourmaline, béryl, améthyste, émail bleu et or, montrée à côté du dessin original. B. Herz. Archives Belperron, LLC.
(Photo David Behl).

5- Parure en calcédoine bleue sculptée, cabochons de saphir, diamant, platine et or gris comprenant un collier à double rangée de perles avec fermoir en forme de fleur articulée, une paire de manchettes « couronne » et une paire de boucles d’oreilles « feuille ». B. Herz. Commande
du duc de Windsor pour la nouvelle duchesse en 1937.
Collection particulière (Photo David Behl).


Jura Français N 309 Janvier – Mars 2016

Les échos

Page 31


Le jouet jurassien hier et aujourd’hui
Par Yvan Lacroix

Page 32


Le dernier condamné à mort du Jura

Pierre Vaillat, 33 ans, habitant de Meussia, abat Louis-Félix Duparchy, 39 ans, et sa sœur Marie-Céline, 48 ans dans leur ferme, à Cuenans, commune de Pratz, le 26 décembre 1896.
Une aventure cinématographique de deux ans pour CinéMésis qui réalise son premier long métrage de ce fait divers tragique.

Des sites patrimoniaux à valoriser

Onze projets ont été sélectionnés pour une enveloppe totale de 500 000 € dans le cadre du quatrième appel à projets touristiques de la région sur le thème de la valorisation touristique des sites patrimoniaux d’envergure régionale…

3ieme de couverture


SAINT-CLAUDE

Musée de l’Abbaye de Saint-Claude : Fenêtres et Ouvertures du peintre Pierre Lesieur, voilà le thème d’une exposition remarquable qui a eu lieu de juin à octobre 2015.
Pierre Lesieur, s’il est peu connu du grand public, est un des peintres majeurs de La Seconde École de Paris, qui fut comme le dit Soulages : « une période magique où tous les courants ont été peints, de la Figuration à l’Abstraction à l’intérieur de laquelle tout a été fait, inventé, développé comme : l’Abstraction Lyrique,
l’Abstraction Géométrique, la non-figuration… » Période quelque peu emportée par l’arrivée en force du « Pop Art » dans les années 60.

BESANÇON

Un mystérieux plafond décoré de peintures du XVIe siècle découvert au centre-ville de Besançon.
Lors de la réfection de son local commercial, situé au 14 rue Luc Breton (Besançon), quelle ne fut pas la surprise pour Philippe Tercieux de découvrir, un plafond peint du XVe ou XVIe siècle.
Une étude a été demandée au service municipal d’archéologie de la Ville de Besançon par les services des monuments historiques.

4ieme de couverture


STRASBOURG

Cathédrale : le Millénaire 1015 – 2015
La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg est représentative de l’architecture gothique. Avec ses 142,11 mètres après avoir été l’édifice le plus haut du monde de à 1647 à 1874, elle est actuellement la deuxième plus haute cathédrale après celle de Rouen.
Sa fréquentation est de quatre millions et demi de visiteurs par an. Elle est reconnaissable par son clocher unique surmonté d’une flèche.
« Prodige du gigantesque et du délicat » selon Victor Hugor, la cathédrale est visible de très loin dans la plaine alsacienne et peut être aperçue d’aussi loin que les Vosges ou la Forêt Noire. Elle se situe au coeur du centre ancien de Strasbourg.
L’édifice fait l’objet d’un classement au titre des Monuments historiques depuis 1862.

 


Jura Français N 308 Octobre – Décembre 2015

Les échos

Page 31


L’économie franc-comtoise crée à nouveau des emplois

Jura :

La première nouvelle commune du Jura portée sur les fonts baptismaux

Bourgogne Franche-Comté :

Agents administratifs et lieux de travail

3ieme de couverture


MONTBÉLIARD

Noël dans l’imagerie populaire
Musée d’art et d’histoire Hôtel Beurnier-Rossel
Du 27 novembre 2015 au 24 janvier 2016

Pour cette incursion dans l’univers de Noël, les Musées de Montbéliard ont puisé dans les collections d’arts graphiques du MUCEM*.
Une trentaine d’imprimés du 19e au 20e siècle (images à découper, journaux, cartons publicitaires, réclames pour la loterie nationale…) s’emparent et déclinent les motifs qui fondent les traditions et la féerie de Noël.
Du gui, du houx, des lumières scintillantes, la silhouette du Père Noël, des cadeaux ou des sapins enrubannés se déploient dans ces trésors illustrés.
L’exposition interroge l’évolution historique, graphique et sociologique de ces différents symboles et les champs investis par l’iconographie de Noël : religieuse, enfantine, commerciale…
Des élégantes chromolithographies aux affiches épurées, l’imagerie populaire présentée ici relate les croyances et le merveilleux de cette période festive.

En partenariat avec le musée du MUCEM*

* Le MUCEM ou Musée des civilisations d’Europe et de la Méditerranée, héritier des collections de l’ancien
Musée National des Arts et des Traditions Populaires de Paris, a ouvert ses portes à Marseille en 2013.

4ieme de couverture


DOLE

Bill Culbert

D’abord peintre, Bill Culbert abandonne les tubes de couleur pour travailler la lumière avec des tubes néons dès la fin des années 60.
La lumière, et les phénomènes magiques qu’elle provoque, deviennent à partir des années 70 son obsession unique.
Musée des Beaux-Arts de Dole du 10 octobre au 28 février 2016
Exposition coproduite avec le centre d’art contemporain – Château des Adhémar / Montélimar.

Bill Culbert, Hotel Sydney, 1992 table, valise, tubes fluorescents

 

BESANÇON

Planoise :

Exposition sur la mythologie gréco-romaine Du 17 octobre 2015 au 20 août 2016.
Pour sa troisième saison à Planoise, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie s’ouvre aux mythes du monde entier et présente une exposition sur la mythologie gréco-romaine au centre Nelson Mandela et à l’Espace.
L’exposition La Mythologie Gréco-Romaine, répartie sur les deux sites, nous invite à découvrir l’univers des dieux gréco-romains, des héros et des mythes racontés par les poètes et les artistes de l’Antiquité à nos jours.

 

RONCHAMP

Chapelle de Ronchamp : 60 ans

La Chapelle de Ronchamp fête son anniversaire cette année : voici 60 ans que cette œuvre du Corbusier est née sur la colline. Elle est considérée comme un des jalons majeurs de l’Histoire de l’Architecture du XXe siècle.
L’histoire de l’architecture, les arts plastiques, les techniques industrielles modernes et la nature sont sources d’inspiration pour son créateur, l’architecte Le Corbusier qui en a tiré un vaste répertoire de formes.

 


Jura Français N 307 Juillet – Septembre 2015

Les échos

3ieme de couverture


ARBOIS

Caricatures de Pasteur

Jusqu’au 29 septembre, le musée Sarret de Grozon à Arbois, dans le Jura, accueillait « Caricaturer Pasteur ». Cette exposition était consacrée aux représentations satyriques de Louis Pasteur. Des œuvres d’hier et d’aujourd’hui avec douze créations originales de Plonk et Replonk.

DOLE

Prix du Jeune Talent 2015 du Jura Français

4ieme de couverture


Arbois, aux vignobles lumineux

Cette brochure d’une soixantaine de pages brosse le portait de la petite cité jurassienne de grand renom : Arbois (3738 habitants), Le terroir très propice à la culture de la vigne a contribué à donner leur originalité sociale et culturelle et leur richesse à la ville et à ses environs. Arbois est au cœur du Pays d’Art et d’Histoire.
La grande figure de la cité : Louis Pasteur qui avec sa famille était très attaché à Arbois, lieu de traditions lors de la fête du Biou annonçant les vendanges.

Arbois aux vignobles lumineux. Prix : 10 € Ed. Mêta-Jura, 65 Chemin de Mancy 39000 Lons-Le-Saunier
Site : meta-jura.org

 


 

Jura Français N 306 Avril – Juin 2015

Les échos page 32


 

Bourgogne-Franche-Comté. En phase opérationnelle

Le Gouvernement vient de nommer : Eric Delzant préfet préfigurateur pour la Bourgogne Franche-Comté, Jean-François Chanet recteur coordonnateur et Christophe Lannelongue directeur général préfigurateur de l’Agence régionale de santé.
A été crée un pilotage technique sous l’autorité des deux directeurs généraux des services (DGS) reposant sur un pilotage unique autour de grands chantiers : la convergence des politiques publiques coordonnée par le DGS de Franche-Comté et la mutualisation des ressources coordonnée par le DGS de Bourgogne.
Ces deux régions sont les seules à s’être rapprochées volontairement pour une fusion et, contrairement à d’autres projets de fusion, l’alliance entre la Bourgogne et la Franche-Comté n’est pas révisée par l’Assemblée nationale ou par le Sénat.
Le 1er avril dernier, naissance de l’université Bourgogne-Franche-Comté qui fédère six universités et établissements d’enseignement supérieur. Il s’agit de : l’Université de Bourgogne, l’Université de Franche-Comté, l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard (UTBM), AgroSup Dijon, Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques de Besançon (ENSMM), et du Groupe Ecole Supérieure de Commerce de Dijon (ESC Dijon). UBFC orchestrera la stratégie de l’enseignement supérieur et de la recherche à l’échelle de la Franche-Comté et de la Bourgogne.

3ieme de couverture


 

Milan : l’exposition universelle

Pavillon français : 100 % Franc-Comtois

A l’exposition universelle qui se tient actuellement à Milan (1er mai – 31 octobre), le pavillon français est entièrement fabriqué à partir de sapins du Haut-Doubs, soit un total de 1300 m3 de bois qui ont été nécessaires pour sa réalisation par l’entreprise franc-comtoise Simonin.

Montbéliard
Exposition d’œuvres d’Albert André au Château des ducs de Wurtemberg

Albert André est à l’honneur dans l’exposition qui lui est consacré au château des ducs de Wurtemberg, à Montbéliard, du 11 avril au 27 septembre 2015.
L’évènement rassemble une centaine d’œuvres de l’artiste né en 1869 et mort en 1954.

Jacqueline Bret-André sa fille adoptive Aquarelle de Albert André, 26,7 x 19,7 cm Dépôt du Musée d’Orsay. Photo : Pierre Guenat

4ieme de couverture


 

Belfort Tour 46
La religieuse Geneviève Gallois à l’honneur

Exposition 18 avril – 6 septembre 2015 Renseignements : Tél 03 84 54 25 51

Dans l’exposition qui lui est consacrée, « La Mère Geneviève Gallois » (1888–1962) religieuse et artiste, montre toute son habileté dans les portraits souvent sévères.

Besançon
Les Archives municipales de Besançon organisent une exposition sur le thème « Un dimanche à Besançon-les-Bains :

les loisirs du Second Empire au Front Populaire » du 19 septembre au 17 octobre 2015.
L’entrée est libre.


 

Jura Français N 305 Janvier – Mars 2015

3ieme de couverture


 

Pontarlier

« Daphnis et Chloé ou les amoureux » de Pierre Bichet, 21 mars – 30 juin 2015 Musée municipal de Pontarlier

Laurène Mansuy, directrice du Musée et Samuel Cordier, biographe de Pierre Bichet proposent une exposition consacrée au thème des Amoureux dans l’œuvre du peintre pontissalien Pierre Bichet (1922-2008).

Montbéliard
Entre rêve et investigation, voyage au cœur des collections 20 février – 16 août 2015 Musée du château des ducs de Wurtemberg

Le nouvel accrochage associe œuvres contemporaines et plus anciennes, instaurant un dialogue fécond autour du thème de l’exploration.
Le parcours se décline tel un voyage imaginaire, symbolique, autour d’œuvres majeures ou d’objets rapportés de pays lointains.

Vesoul
Votre ancêtre haut-saônois était-il un poilu ?

En septembre dernier, les Archives départementales de Haute-Saône ont lancé cette opération consistant à demander aux Haut-Saônois, qui avaient un ancêtre ayant combattu en 1914-1918, de leur fournir un portrait de celui-ci en tenue militaire ou en civil.
Si vous-même avez un parent né en Haute-Saône entre 1867 et 1901 ou domicilié dans ce département au moment de la mobilisation générale, et souhaitez participer à cet album photo des poilus de Haute-Saône, vous pouvez adresser le cliché numérisé de ce dernier via le site des Archives départementales de Haute-Saône ou déposer l’original aux Archives à Vesoul le temps de sa numérisation.

Dole
la ville la plus endettée de la Franche-Comté

Le Journal du Net vient de publier son nouveau classement des villes les plus endettées de France. En Franche-Comté, Dole (1600 euros de dette par habitant), Montbéliard (1467 euros), Belfort (1290 euros) et Besançon (1003 euros) sortent tristement du lot.
À la tête du classement général, c’est Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) qui demeurerait la plus endettée de France, avec une dette de 9.129 euros par habitant en 2013. Le Journal du Net (JDN) rappelle par ailleurs que le montant de la dette cumulée de près de 36 700 villes en France en 2013 était de 62,8 milliards d’euros.

4ieme de couverture


 

La Franche-Comté vue par les peintres

Dans l’ouvrage magnifiquement illustré, « La Franche-Comté vue par des peintres » (Ed. du Belvédère), Denis Bauquier a sélectionné plus de cent toiles de peintres locaux traitant de la région. Peintre naïf, il a retenu une de ses œuvres (Les vendanges à Baume-les-Messieurs) et choisit « Besançon, neige sur du Chapitre » de Pierre Bertin (de Salins) et une scène folklorique « Pesmes, le nouveau coq » de Georges Girardot (1856 Besançon-1914 Paris).

Denis Bauquier Les vendanges à Baume-les-Messieurs

Pierre Bertin (1926 – 2006) Besançon, neige sur du Chapitre

Georges Girardot (1856 – 1914) Pesmes, le nouveau coq


 

Jura Français N 304 Octobre – Décembre 2014

3ieme de couverture


 

Lacs jurassiens : une école de peinture

Après de longues recherches, Pierre-Yves Deroche révèle que huit peintres jurassiens ont vécu dans la région des lacs de Clairvaux. Des séjours qu’ils ont traduits dans des paysages baignés par le vert et le bleu qui évoquent l’existence d’une école de peinture : celle des lacs jurassiens (Clara Vallis).
En voici quatre exemples.

Jacques Truphémus

Une exposition au musée de l’abbaye de Saint-Claude et un catalogue évoquent avec justesse la maîtrise du lyonnais Jacques Truphémus qui à 92 ans vit dans les Cévennes.
(Portrait de femme et Solitude).

4ieme de couverture


 

Sébastien Melchior Cornu,
Autoportrait (peintre 1804 Lyon-1870 Longpont).
© Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, photographie Pierre Guena

James Pradier,
Vierge à l’Enfant (James Pradier, nom d’usage de Jean-Jacques Pradier, Genève 1790-Paris 1852, sculpteur et peintre).
© Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, photographie Charles Choffet

Au musée Nelson Mendela de Planoise
« Figures, portraits et personnages ».

Johann Melchior Joseph Wyrsch,
Autoportrait (Johann Melchior Wyrsch ou Jean Wyrsch, peintre suisse 1732-1798, il fonde en une école de peinture et de sculpture en 1773 à Besançon, ville qui le déclare citoyen d’honneur en 1784).
© Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, photographie Charles Choffet

Jules Dalou,
Buste de Jean Gigoux (Aimé-Jules Dalou, dit Jules Dalou, sculpteur français, Paris 1838-1902. Contraint à l’exil de 1871 à 1881 pour avoir appartenu à la Commune. Jean Gigoux, Besançon 1806-1894 peintre et dessinateur fit don de sa collection d’œuvres d’arts au Musée de Besançon).
© Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, photographie Charles Choffet

13 avenue Ile de France, 25000 Besançon – Tél : 03.81.87.81.20
Heures d’ouverture : Lundi : 14h à 18h, du mardi au samedi de 9 h à 12 h et de 14h à 18 h


 

Jura Français N 303 Juillet – Septembre 2014

3ieme de couverture


 

Musée des Beaux-Arts de Dole
Les Malassis. Une coopérative de peintres toxiques – 18 octobre 2014 – 8 février 2015

Le musée des Beaux-Arts de Dole présente (18 octobre 2014 – 8 février 2015) l’exposition « Lees Malassis. Une coopérative de peintres toxiques ».
Un collectif d’artistes contestataires adeptes, dans les années 1960/70, d’une peinture acide au format souvent monumental.

Le paysan pauvre, 1969 Vue de détail
© Fonds départemental d’art contemporain de Seine-Saint-Denis, cl. Michel Chassat

Le grand méchoui
ou douze années de l’histoire en France, 1972

Musée du Temps Palais Granvelle-Besançon
Reliures et manuscrits des XVe et XVIe siècles

Depuis le 14 juin jusqu’au 5 octobre, sont présentés au musée du Temps (palais Granvelle) des trésors de manuscrits et de reliures qui ont été rassemblés par Nicolas de Granvelle (1486-1550), son fils le cardinal Antoine de Granvelle (1517-1586), et le neveu de ce dernier, François de Cantecroix (1559-1607).

Miniature des Grandes Chroniques de France, Manuscrit français, Début XVe s.
© Bibliothèque municipale, Ville de Besançon

4ieme de couverture


 

Belfort :
Tour 46, « les Robinsons des tranchées »

Au musée Tour 46 (Belfort) , un exposition (28 juin – 17 novembre 2014) présente des oeuvres créées par les poilus français et allemands durant la Première guerre mondiale à partir d’os, de douilles, de morceaux de bois ou de débris métalliques.

Couteau fabriqué dans une douille de balle,
métal Coll. Musée (s) de Belfort

Trique à rat en bois sculpté.
Coll. Musée (s) de Belfort
Émile CUENAT

Chausse-trappe allemand, métal riveté.
Coll. Musée (s) de Belfort

Gamelle d’officier non réglementaire (Royaume-Uni)

7 pièces (assiette, salière, poivrière, quart, boule à thé), fermeture par une sangle en cuir, couvercle et poignée. 1914-1918, aluminium, cuir, 7 x 17 x 17 cm.
Coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne, n° inv. 007856 © Philippe Martin

Peinture sur omoplate de bovidé (Allemagne).
Représentations allégoriques : croix de fer, drapeau, aigle impérial et Germania 1915, os gravé et peint, 36,5 x 22 x 10,2 cm
Coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne, n° inv. 24847 © Philippe Martin


 

Jura Français N 302 Avril – Juin 2014

3ieme de couverture


 

PIERRE-DE-BRESSE
Vous avez dit l’Art Brut

Une collection d’œuvres d’artistes autodidactes isolés, marginaux, visionnaires, reclus, mystiques, anarchistes…
Écomusée de la Bresse bourguignonne
Château départemental – 71270 Pierre-de-Bresse
Tél. : 03 85 76 27 16 – Fax : 03 85 72 84 33
www.ecomusee-de-la-bresse.com

MONTBÉLIARD
le musée mis à nu

Les travaux d’entretien des objets conservés dans les musées de Montbéliard.
(Ici un moulage en plâtre d’Euterpe, conception Mediapop).
12 avril – 17 août 2014 – Musée du château des ducs de Wurtemberg

ORNANS
Cet obscur objet de désirs

Autour du tableau « L’Origine du Monde » de Gustave Courbet, présentation de soixante-dix œuvres évoquant le sexe féminin (Jupiter et Antiope, 1851 Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
© RMN – Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.
Exposition du 7 juin au 1er septembre 2014
Musée Courbet à Ornans.

BELFORT
Je… de société

A la Tour 41, l’exposition se concentre sur Camille Lefèvre (1853-1933), très marqué par l’École française du XIXe siècle tout en restant baigné par la modernité.
Expo : du 15 mai 2014 mi novembre 2014
Tour 41, rue Georges Pompidou – Belfort
Musée des Beaux-arts
Tél : 03 84 22 16 71

4ieme de couverture


 

MONTBÉLIARD
Dessiner le monde…

Pour célébrer le marché de Noël, l’illustratrice et plasticienne, Joanna Concejo, investit les salles du Musée de l’Hôtel Beurnier-Rossel.
Son univers oscille entre la poésie, l’étrange et le merveilleux.
21 novembre 2014 – 15 mars 2015
Musée d’art et d’histoire – Hôtel Beurnier-Rossel

DOLE
« Le grain des jours »

Jean-Marc Cerino est en ligne directe avec l’art contemporain. Maniant la peinture à l’encaustique et la peinture sous verre, il explore des problématiques inhérentes à la mémoire, et aux mécanismes d’appropriation de l’image.
Musée des Beaux-Arts de Dole
14 juin au 21 septembre 2014

MOIRANS-EN-MONTAGNE
Musée du jouet :

« PLAYMOBIL», 40 ans d’histoires Depuis 40 ans l’univers PLAYMOBIL nourrit l’imaginaire des enfants du monde entier.
Grâce au concours de Fanny et Olivier, collectionneurs passionnés, 2 500 personnages mis en scène retracent l’évolution de la marque et illustrent la diversité de ses thèmes.
Musée du Jouet, 5 rue du Murgin, 39260 Moirans-en-Montagne. Tél. : 03 84 42 38 64 www.musee-du-jouet.com
(12 avril 2014 – 12 janvier 2015).

LOUHANS
la visite du musée

Artiste vénézuélien, Damian Tirado est un amoureux de la Bresse, il y vit d’ailleurs.
Pour lui, le musée de Louhans dégage un côté rétro qui en fait un lieu unique.
Sa peinture et ses sculptures sont instinctives et figuratives.
Musée municipal, 29 rue des Dodânes 71500 Louhans.
Du 11 avril au 14 mai : du lundi au vendredi
de 14 h à 18 h. Du 15 mai au 14 septembre :
tous les jours de 14 h à 18 h.
Tarif : Gratuit.


 

Jura Français N 301 Janvier – Mars 2014

Les échos page 30


 

Du nouveau sur les archives du prieuré clunisien de Gigny

Ayant classé les archives du prieuré de Gigny, Patricia Guyard, directrice des Archives départementales du Jura, tord le cou à une vieille légende rapportée par Gaspard, le célèbre auteur de  » L’histoire de l’abbaye de Gigny » qui est fausse.
Selon lui, chartes et titres de l’ancien monastère auraient été brûlés en 1794 par les révolutionnaires qui auraient ensuite festoyé lors d’un repas patriotique. Or, ce ne sont pas les révolutionnaires qui ont brûlé les archives révèle Patricia Guyard !
Gigny connaissait depuis très longtemps de grosses difficultés financières si bien que le chapitre fut supprimé en 1788, à la demande des Clarisses de Lons-le-Saunier et Migette.
Les biens du prieuré de Gigny passèrent donc à la charge des intendants puis des administrations centrales du département. Ce sont eux qui trièrent les archives du prieuré et en remirent une grande partie à la municipalité avec ordre de les brûler.
Ce qui fut fait sous le contrôle de six gardes, en présence de Gaspard, alors tout jeune.
Si une bonne partie des archives a disparu, Patricia Guyard nous dit tout l’intérêt de celles restantes, conservées aux Archives départementales.
Ces archives renseignent sur les biens du prieuré (moulins, battoirs…), ses relations avec les seigneurs et curés, les ventes, les donations au chapitre, les privilèges que Cluny avait, le patronage des cures, les fondations de chapelles depuis le XIVe siècle, la confrérie de saint Taurin et les vœux à saint Taurin pour délivrer de la peste…
A noter que se tiendra, dans l’ancienne école de Gigny du 12 juillet au 18 août 2014, une exposition qui sera constituée de divers documents (photographies, outils anciens, extraits de films familiaux…) répondant à la question : « Qu’est-ce qui pour vous évoque Gigny ou votre vie à Gigny ? ».

Les échos page 31


 

Expo itinérante : ‘‘à l’eau !’’

L’exposition itinérante ‘‘à l’eau !’’, réalisée par les Musées des techniques et cultures comtoises, a reçu le soutien de l’État, de la région Franche-Comté et des départements du Doubs, du Jura, du Territoire de Belfort et de la Haute-Saône.
Composée de plusieurs sections modulables (une douzaine de panneaux auto-portants, des jeux, maquettes à manipuler, etc.) cette exposition permet à chaque musée accueillant de décliner le thème de l’eau à sa façon.
L’ensemble peut être exposé et agencé de multiples façons. Il y a un jeu de plateau pour jouer en famille, des maquettes à manipuler ou encore des ateliers, etc.
L’exposition s’accompagne de multiples supports d’animation.
Dates de la manifestation du 1er avril au 8 juin 2014 à la Forge-Musée d’Etueffont (90) et du 13 juin 2014 à la mi-janvier 2015 à l’Atelier des savoir-faire de Ravilloles (39).

Expo : « Magie ? Mécanique ! »

Composée de 9 sections modulables et accompagnées de tables d’expériences, de jeux, maquettes à manipuler, etc. cette exposition itinérante, réalisée par les Musées des techniques et cultures comtoises, permet à chaque musée accueillant de décliner le thème de la mécanique à sa façon.
Des sections peuvent être exposées et agencées de multiples façons, intégrant, le cas échéant, des pièces de collections propres au musée d’accueil. D’où des animations en lien avec les propres partenaires du musée.
Dates de présence de l’expo : 30 mai au 31 juillet 2014 à la verrerie-cristallerie de Passavant-la-Rochère (70) et du 8 septembre au 30 novembre 2014 au Musée de la lunette de Morez (39).

Montbéliard : les Oiseaux, des trésors volatiles

La collection ornithologique des Musées de Montbéliard est aujourd’hui dévoilée à travers quelques-uns des fragiles trésors soigneusement conservés dans les réserves.
Des 2.000 oiseaux naturalisés et inventoriés, cinquante spécimens, dont certains menacés ou en danger d’extinction, ont été sélectionnés pour leurs particularités scientifiques, historiques, leurs origines géographiques, leur rareté ou leur beauté.
Méliphage régent d’Australie, cotinga porphyrion du Brésil, vautour percnoptère d’Afrique et d’Eurasie, bernache à cou roux, faucon sacré ou encore macreuse brune d’Eurasie ont en effet en commun d’être des spécimens d’espèces en voie d’extinction.
Cette exposition rend hommage aux naturalistes et donateurs célèbres des 19e et 20e siècles qui ont fondé les bases des collections d’histoire naturelle, département à l’origine même de la création du musée de Montbéliard.
Musée d’art et d’histoire – Hôtel Beurnier-Rossel 21 février – 2 novembre 2014

Les échos page 32


 

Besançon fermeture du musée des Beaux Arts avril 2014
Réouverture 2017

Le 13 avril fermeture du musée des Beaux Arts de Besançon. Réouverture en 2017.
Plus d’un siècle et demi après la construction de la halle aux grains par Pierre Marnotte, plus de quarante ans après l’extension de Louis Miquel, d’importants travaux de rénovation sont aujourd’hui nécessaires afin d’accroître les espaces dédiés à la présentation des œuvres et d’améliorer le confort de la visite.
Le bâtiment, qui abrite la plus ancienne collection publique de France, a été entièrement vidé.
Plus de deux mille tableaux, huit cents sculptures, deux mille objets d’art et trente mille objets archéologiques ont ainsi fait l’objet d’un traitement systématique.
Placées sur palettes et conditionnées, ces œuvres sont ainsi prêtes pour leur déménagement.

Articles de Mathieu Lapeyrouse

Dole : « Éclectique XIXe, les Beaux-Arts à Dole 1820-1880 »

L’exposition « Éclectique XIXe siècle, les Beaux-Arts à Dole 1820-1880 » illustre le fait que Dole a été durant une soixantaine d’années du XIXe siècle un microcosme culturel à l’image de Paris.
Cette référence de microcosme culturel revient à Séraphin-Désiré Besson (1795-1864).
Peintre de talent, il a été le fondateur du musée des Beaux-Arts de Dole en 1821. Il a été également un professeur recherché.
L’exposition présente 74 œuvres – peintures, dessins et sculptures issues de collections du maître et de ses élèves (Désiré Besson, Faustin Besson, Xavier Bourges, Jules de Valdahon, Gustave Brun, Victor Maire etc.).
Tous les genres de la peinture sont représentés témoignant ainsi des modes et des courants artistiques du XIXe siècle.
Si Faustin Besson, Germain Paget, Pierre-Auguste Belin et dans une moindre mesure, Victor Maire, pratiquèrent la peinture décorative dans l’esprit du XVIIIe siècle, Xavier Bourges et Jules de Valdahon s’adonnèrent au portrait qui devint à Dole un instrument d’affirmation de la notabilité dirigeante et « éclairée ».
A l’opposé, le peintre Gustave Brun incarne dans ses œuvres des préoccupations sociales.
Perméables aux grands courants européens de la peinture – styles nazaréen et Troubadour -, des œuvres de Xavier Bourges et Jules de Valdahon seront confrontées, de même que celles du sculpteur dolois Joseph Baudrand, qui s’inscrivent dans le Gothic Revival européen.
Musée des Beaux-Arts à Dole, 15 février – 18 mai 2014.

André Besson, nom de la médiathèque de Chaussin

A la suite d’une décision du Conseil municipal, la toute neuve médiathèque de Chaussin porte le nom d’André Besson.
Pour son Maire d’Annoire, il est naturel de donner le nom de l’écrivain jurassien André Besson qui marque le lien indissociable entre la lecture et la médiathèque.
Il est vrai qu’André Besson est l’auteur d’une œuvre littéraire remarquable et de portée nationale.
Son « Le village englouti » a été un véritable best-seller (Prix Emile Zola en 1970), et a été adapté à la télévision en une série de 30 épisodes.
Avec 97 titres parus chez une quinzaine d’éditeurs français ou étrangers, André Besson a reçu de nombreux prix ou distinctions littéraires comme le Prix international du roman du Terroir, ou le Grand Prix du roman policier.

Articles de Claude Mijoux

3ieme de couverture


 

BESANÇON :
Musée des Beaux-Arts
Fermeture avril 2014 – Réouverture avril 2017

Avant de rejoindre le musée totalement rénové, plus de deux mille tableaux, huit cents sculptures et trente mille objets archéologiques ont fait l’objet d’un traitement spécifique.

BESANÇON :
Musée des Beaux-Arts, 100ème dessin de Fragonard

Un Centième dessin de Jean-Honoré Fragonard, la « Jeune femme assise », entre au musée qui est ainsi au tout premier rang des collections publiques françaises conservant un fonds Fragonard.

GIGNY :
Patrimoines singuliers

Du 12 juillet au 18 août se tiendra dans l’ancienne école de Gigny, l’exposition « Patrimoines singuliers » rassemblant des objets prêtés évoquant l’histoire d’hier du village.
L’image ci-dessus représente la page d’en-tête de la constitution et du règlement du prieuré de Gigny, 24 octobre 1683.
(Archives départementales du Jura , 3 H 7).

André BESSON :

La médiathèque de Chaussin porte son nom
André Besson, auteur de 97 ouvrages.
(hebdo39@gmail.com)

4ieme de couverture


 

PASSAVANT-LA-ROCHÈRE ET MOREZ
Présence de l’exposition itinérante « Magie ? Mécanique ! » :

30 mai au 31 juillet 2014 à la verrerie-cristallerie de Passavant-la-Rochère (70) et du 8 septembre au 30 novembre 2014 au Musée de la lunette de Morez (39).

ETUEFFONT ET RAVILLOLES
Présence de l’exposition itinérante « à l’eau ! » :

1er avril au 8 juin 2014 à la Forge-Musée d’Etueffont (90) et du 13 juin 2014 à la mi-janvier 2015 à l’Atelier des savoir-faire de Ravilloles (39).

MONTBÉLIARD
Musée Hôtel Beurnier-Rossel

Expo de spécimens d’oiseaux rares et historiques
21 février – 2 novembre 2014.
Vautour percnoptère (Neophron percnopterus)
Collection Musées de Montbéliard.
Cliché Claude Nardin.

DOLE
ÉclectiqueXIXe siècle

La reine des abeilles par Pierre-Auguste Belin.
Pôle Rayonnement Culture et Tourisme. Ville de Dole.


 

Jura Français N 300 Octobre – Décembre 2013

Les échos page 31


 

Guerre 1914-1918 :
don exceptionnel du général jurassien Paul Capiod au Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux

A la veille du centenaire de la déclaration de la guerre 1914-1918, après plusieurs mois d’étude, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux vient d’établir le caractère exceptionnel de la donation du général Paul Capiod, jurassien (né à Orgelet 1926) et membre de l’association du Jura (vice-président).
Animées par le désir de transmettre la collection de leur mari et père Paul Capiod, général de la brigade aérienne décédé en février 2010, Madame Capiod et ses filles ont fait don au Musée d’une extraordinaire collection en septembre 2010 et avril 2011.
Paul Capiod, passionné par l’histoire de la Grande Guerre, avait rassemblé divers objets d’artisanat des tranchées (douilles ciselées et figurines en cuivre) et une importante collection d’arts graphiques (dessins au crayon, aquarelles, dessins à l’encre, gouaches, gravures monochromes et aquarellées, lithographies ainsi que plusieurs huiles sur toile) comptant près de 460 pièces.
Pour moitié cette collection est composée d’œuvres originales, dont certaines sont signées d’artistes de renom comme Maurice le Poitevin, SEM ou Pierre-Albert Leroux. D’autres, anonymes, semblent avoir été dessinées sur le vif par les soldats eux-mêmes, terrés dans leur tranchée.
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux,
Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux, France
Tél. : 01 60 32 14 18

Pontarlier :
« L’état de siège » au musée

L’exposition « L’état de siège » du Musée de Pontarlier (oct.-déc.) présente les productions artistiques des lycéens de Terminale littéraire du lycée Xavier Marmier à Pontarlier.
Ces quinze sculptures de chaises surprennent, amusent et ravissent. Et surtout, elles introduisent le visiteur dans une réflexion sur l’art contemporain par leur référence à des mouvements artistiques avant-gardistes du XXe siècle, absents des cimaises du musée.
Le Musée de Pontarlier est créé en 1977 à partir de collections hétéroclites stockées depuis le XIXe siècle dans les galeries de l’Hôtel de Ville.
Ces œuvres et ces objets réunis par des collectionneurs, artistes, personnalités, racontent, de la préhistoire à nos jours, l’art et l’histoire d’une petite ville du Haut-Doubs, ville à la campagne, ville à la montagne, à la fois capitale industrielle de l’absinthe et capitale artistique grâce au Salon des Annonciades (Salon imaginé en 1924 par Robert Fernier, alors jeune artiste pontissalien).

Les échos page 32


 

Besançon, l’exposition à voir d’urgence : les dessins d’Hubert Robert

Le musée des Beaux Arts et d’Archéologie présente jusqu’au 6 janvier 2014 une exposition exceptionnelle à deux titres, les Hubert Robert de Besançon.
C’est la dernière manifestation se déroulant au sein du musée qui, après le 6 janvier, fermera jusqu’en 2016 pour des travaux de rénovation ; des expositions temporaires se tiendront dans d’autres cités du Doubs.
Deuxième raison pour visiter cette manifestation : Besançon possède un important fonds des œuvres de Hubert Robert (1733-1808) dont il présente une cinquantaine de dessins : son séjour à Rome, les monuments italiens les plus célèbres de son temps, l’influence Piranèse, le voyage à Naples et les grandes villas romaines, les dessins préparatoires pour le Salon de 1767, les vues des bords de Seine et des châteaux français.
Surnommé de son vivant « Robert des ruines », il est réputé dans sa représentation de paysages, mêlant des architectures antiques, modernes ou inventées, le plus souvent en ruines.
Grâce au travail de l’historienne de l’art Sarah Catala, l’exposition permet de découvrir l’usage privilégié qu’Hubert Robert faisait des contre-épreuves : cette technique consiste à disposer une feuille humidifiée sur un dessin au crayon afin d’obtenir la réplique inversée du dessin original.
Ses dessins originaux, étant pour la plupart inconnus ou actuellement conservés dans des collections privées, cette exposition donne une idée précise de la pratique essentielle de l’art, offrant ainsi un regard nouveau sur la réalisation et la diffusion de ses œuvres peintes ou dessinées.

Musée de Beaux arts de Besançon :
1, place de la Révolution, 25000 BESANCON
Tél : 03 81 87.80.49 – Fax : 03.81.80.06.53.
Ouvert tous les jours (sauf le mardi, les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre) de 9h30 à 12h et de 14h à 18h – samedi et dimanche : 9h30 – 18h.
Gratuité tous les dimanches et les jours fériés. Tarif réduit le samedi de 14h à 18h.

L’Association Franche-Comté-Bourgogne

Franche-Bourgogne est une association loi 1901, fondée au printemps 2012.
Son but : rassembler celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire du comté, depuis sa création au XIe siècle jusqu’à sa disparition lorsque la Franche-Comté est devenue française, au XVIIe siècle.
Son financement est privé, assuré par le mécénat. Les ressources tirées des journées d’étude et des publications permettent d’organiser de nouvelles activités.

Franche-Bourgogne :
www.franche-bourgogne.fr
Tél. 06.85.33.91.81
paul.delsalle@univ-fcomte.fr
14 rue de Compostelle
70230 Vy-lès-Filain – France

3ieme de couverture


 

Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux

Dessins de poilus de la guerre 1914-1918 faits sur le front, donation du général jurassien Paul Capiod.

Vesoul
Détail de la fresque de l’hôtel de Ville de Vesoul par A. Decaris.

Pontarlier
Une sculpture par un élève du lycée Xavier Marmier d’un siège très avant-gardiste.

4ieme de couverture


 

Besançon – Musée des Beaux-Arts
21 septembre 2013 – 6 janvier 2014

LES HUBERT ROBERT de Besançon

Catafalque du pape Benoît XIV dans la basilique de Saint-Pierre de Rome. MBAAB. Plume et encre de chine.

Orateur dans les ruines d’un palais. MBAA. Plume et encre brune, aquarelle.

Un guerrier et deux femmes. BMB. Sanguine.

Un guerrier et deux femmes. (contre épreuve) BMB.


 

Jura Français N 299 Juillet – Septembre 2013

3ieme de couverture


 

Besançon
Patate : Parmentier à Besançon

Pour le bicentenaire de la mort de Parmentier, des manuscrits et documents anciens situent le rôle de Besançon dans la reconnaissance des travaux du savant.
(Musée du Temps jusqu’au 13 octobre 2013)

Besançon
L’Horloge parlante

Célébration des 80 ans de l’Horloge parlante par la présentation des instruments de création et de diffusion du signal horaire à la radio.
(Musée du Temps jusqu’au 13 octobre 2013)

Baume-les-Messieurs : estampes

Organisée par l’association “Josette Coras à Baume-les-Messieurs” et avec le soutien du Conseil Général du Jura, l’exposition “Impression / Multiples. Reliefs & Creux” présente un florilège d’estampes de Josette Coras, une talentueuse buriniste.
(logis abbatial, abbaye de Baume-les-Messieurs jusqu’au 15 septembre 2013)

4ieme de couverture


 

Dole
Les 30 ans des FRAC

Pour célébrer les 30 ans de la création des FRAC (Fonds régional d’art contemporain), le FRAC de Franche-Comté présente une quarantaine d’œuvres, acquises au fil des années.
Le concepteur de l’exposition, le peintre suisse Francis Baudevin a eu le souci de décloisonner techniques artistiques et courants stylistiques. Résultat, le visiteur est plongé dans un univers singulier toujours attachant.
(Musée des Beaux-Arts de Dole jusqu’au 8 septembre 2013)

Neugier (curiosité), 1984.
Sculpture en mousse polyuréthane
© Peter Fischli / David Weiss

Musées de Montbéliard
Mémoires de Verre

Les musées de Montbéliard (musée d’Art et d’Histoire et musée du château) possèdent plus de 5000 plaques de verre datées entre 1900 et 1940.
Rassemblées avec d’autres photographies (tirages argentiques…), elles forment un ensemble de plus deux cents images.
Dévoilant une vie quotidienne particulièrement animée dans une première moitié du XXe siècle, elles renseignent sur les aventures de la première course de côte au Ballon d’Alsace en 1906, remémorent la fête du franc en 1926, abondent en souvenirs sur le centenaire de Georges Cuvier en 1932 et font rêver avec de somptueux défilés fleuris, parmi lesquels un corso de 1936.
(Musée d’Art et d’Histoire – Hôtel Beurnier-Rossel,
jusqu’au 5 janvier 2014)


 

Jura Français N 298 Avril – Juin 2013

Les échos page 32


 

Montbéliard : Monsieur Surleau et le Cyclope
Duos d’œuvres anciennes et d’œuvres contemporaines

L’actuelle exposition au musée du Château des ducs de Wurtemberg oppose des œuvres du XIXe et du début XXe à des œuvres contemporaines.
Le tout provient des musées de Montbéliard et du Fonds Régional d’Art Contemporain de Franche-Comté et se réfère géographiquement à notre région.
Monsieur Surleau était pasteur à Montbéliard ; son portrait a été réalisé par le peintre Dominique Erra en 1820 et conservé depuis dans les réserves des musées de Montbéliard.
Quant au Cyclope, c’est le personnage mythologique évoqué dans une peinture de Alfred Courmes réalisée en 1960 et dont le titre est quelque peu énigmatique : Ave Maria, le Cyclope n’avait qu’un œil mais c’était le bon ; cette œuvre fait partie des collections du FRAC de Franche-Comté.
L’exposition « Monsieur Surleau et le Cyclope » entend jouer de rapprochements formels, thématiques et esthétiques pour ces 44 œuvres ou 22 duos, traversant parfois deux siècles ; les sujets restent étonnamment identiques : le portait et l’autoportrait, le paysage et la nature morte, le nu et la scène de genre. L’art d’aujourd’hui regarde les mêmes choses qu’autrefois, avec un angle à peine différent, au point de ne plus reconnaître ce qui relève du contemporain et de l’art classique. Associations improbables, osées, attendues ou cocasses, les face-à-face proposés au public sont de nature à interroger, à faire sourire ou à déclencher de nouvelles lectures.
Exposition Monsieur Surleau et le Cyclope (voir 4ème de couverture).
Musée du Château des ducs de Wurtemberg à Montbéliard du 5 avril au 15 septembre 2013

Belfort : exposition « Bêtes et dieux : cortèges sacrés

L’artiste Benoît Huot habille une douzaine d’animaux naturalisés. Habillés de rubans, de passementeries, de vernis, de bijoux, plumes, et autres objets divers, ils connaissent une seconde vie.
Des pièces sorties de l’imaginaire de l’artiste, toutes installées dans des mises en scènes originales au milieu d’objets religieux ou de tableaux du musée.
Benoît Huot présente là un autre aspect de la sculpture et redonne vie à des animaux empaillés en les habillant.
L’exposition de Benoît Huot, originaire de Besançon et qui vit actuellement à Montivernage, interpelle forcément. Intrigante, dérangeante, parfois effrayante, mais vraiment fascinante. À voir absolument.
« Bêtes et dieux, cortèges sacrés » du 18 avril au 23 septembre à la Tour 41 du musée des Beaux-Arts de Belfort.

Dole : exposition « La musique en regard »

Le tableau Le lit de la cigale, conservé au Musée des Beaux-Arts est du peintre romantique Ernest de Bonnencontre.
C’est à une perception allégorique que nous convie l’artiste. Représentant une évocation du fil de la vie, par le biais du passage des saisons et de ses implications sur l’environnement naturel – la fin du chant des cigales venue l’automne -, il suggère aussi, implicitement, l’aspect fugace et éphémère des arts, de la musique en particulier.

Opération « A l’école de Louis Pasteur dans sa maison d’Arbois »

L’Académie des Sciences met en place, en liaison avec « My Major Company » (un des pionniers du financement participatif mondial) un projet d’envergure autour du Jurassien le plus célèbre.
Il s’agit de reconstituer, dans sa maison d’Arbois, une salle de classe du XIXe siècle, dans laquelle des activités pédagogiques autour des travaux de Louis Pasteur seront proposées, toute l’année, aux scolaires et aux familles.
Chacun peut contribuer à cette opération en faisant un don à enregistrer sur le site internet : http://www.mymajorcompany.com/projects/a-l-ecole-de-louis-pasteur

3ieme de couverture


 

Belfort, Musée des Beaux-Arts

Une douzaine d’animaux naturalisés habillés de rubans, de passementeries, connaissent une seconde vie grâce à Benoît Huot.

Dole, Musée des Beaux–Arts

“Le lit de la cigale” du peintre romantique Ernest de Bonnencontre

Dole : Claude-Antoine Lombard, portrait d’un éminent Dolois

Cette exposition au musée des Beaux Arts s’inscrit dans la continuité de la politique de restauration d’œuvres d’art du musée.
Ainsi, la récente restauration du Portrait de Claude-Antoine Lombard par Monique Daniche a révélé une œuvre d’une qualité insigne.
Cette restauration a été rendue possible par le mécénat des descendants du modèle.
Claude-Antoine Lombard (1741-1811) a été un brillant chirurgien originaire d’une famille doloise. Il a laissé son nom dans la chirurgie en raison de ses recherches en matière de traitement de blessures des soldats qui firent l’objet d’ouvrages de référence.
Quant à Monique Daniche (1736-1824), qui travailla à Strasbourg pour la bourgeoisie locale et pour les couvents et églises de cette région, son style se caractérise par une grande faculté d’observation, associée à une influence greuzienne qui apporte un caractère intimiste et une certaine sérénité à sa production.
(Musée des Beaux-Arts Dole 25 mai-29 septembre 2013)

Claude-Antoine Lombard (1741-1811) a été un brillant chirurgien originaire d’une famille doloise.

4ieme de couverture


 

Montbéliard
Musée du Château jusqu’au 15 septembre
Monsieur Surleau et le Cyclope

L’exposition confronte 44 peintures, gravures et sculptures classiques et contemporaines
Renseignements au 03 81 99 23 61 ou www.montbeliard.fr
Tous les jours, sauf mardi, de 10 h à 12h et de 14h à 18h.
Tarif normal : 5 €/ Tarif réduit : 2 €/ Gratuit -18 ans

Le sommeil d’Antiope vers 1869 Auguste Sage Huile sur toile. 164,5 x 101 cm.
Dépôt de l’État,1904

Istvan Balogh Out and out, (Ecstasies), 2002, Photographie, tirage C Print contrecollé sur aluminium, 150 x 100 cm.
Collection Frac Franche-Comté © Adagp, Paris
Cliché Marc Cellier

Monsieur Surleau, Dominique Erra 1826 Huile sur toile, 60 x 45 cm.
Collection musées de Montbéliard
Cliché Marc Cellier

Le Cyclope, Alfred Courmes
Ave Maria, le Cyclope n’avait qu’un œil mais c’était le bon. 1960. Huile sur toile marouflée sur bois, 114 x 146 cm.
Collection Frac Franche-Comté © Adagp, Paris


 

Jura Français N 297 Janvier – Mars 2013

Les échos page 32


 

Musée de l’abbaye Saint Claude
Copy cat,
une aventure collective…

Se déroulant du 22 mars au 18 août dans le musée de l’abbaye , donation Guy Badone et René Génis, cette exposition retient l’attention par son originalité.
Elle associe un groupe d’enseignants du primaire et du secondaire, des enfants qui doivent réaliser des dessins sur papier ou sur un mur et Thomas Vuille, longtemps connu sous le pseudonyme de Monsieur Chat.
L’idée est une réappropriation des œuvres de la collection du musée par les élèves et par le prisme de la copie et du prolongement, du débordement de l’œuvre sur le mur.
Une chaîne s’est constituée depuis la présentation aux élèves des tableaux conservés en réserve, à l’élaboration d’ateliers au musée et dans les classes permettant aux plus petits d’initier une production intégrant les notions de copies mais également la réinterprétation de l’original ; les lycéens quant à eux, imaginant, grandeur nature, le déploiement des œuvres sur le mur.
Thomas Vuille est un artiste franco-suisse qui depuis 1997 s’est distingué par la réalisation d’un chat jaune orangé réalisé à la peinture acrylique. Avec toujours un énorme
sourire. A partir de 2003, des ailes blanches lui poussent sur le dos. Il est généralement peint sur des murs, à des endroits inaccessibles.

3ieme de couverture


 

Illustrations en couleur de l’article : “La chaîne du Jura. Correspondances entre le relief et la géologie”

Figure 1 : Carte en relief du Jura

Figure 2 : Grands ensembles structuraux de la Franche-Comté

Carte en relief (figure 1) et carte structurale du Jura (figure 2)
La haute chaîne jurassienne qui suit la bordure interne de l’arc jurassien est parfaitement repérée.
Au nord, le grand arc bisontin (faisceaux plissés externes septentrionaux) s’appuie sur le Doubs…, au sud en bordure du Jura un alignement marque la position des faisceaux méridionaux.
Recoupé par la partie amont de la Loue, le faisceau salinois limite le plateau d’Ornans, au nord, des plateaux de Lons et de Champagnole au sud qui sont séparés par la chaîne de l’Euthe (bande étroite de relief nord-sud).
Ces subdivisions se retrouvent dans la carte structurale qui indique des zones plissées (haute chaîne en marron, faisceau en jaune) et plateaux (en vert).

Figure 3 : Carte géologique de l’est de la France au 1/1 000 000 e, BRGM.

Les taches de couleur de la carte géologique indiquent l’âge relatif des terrains.
Les terrains secondaires (Jurassique en bleu et Crétacé en vert) soulignent la courbure de la chaîne.
Ils se poursuivent vers le nord-ouest dans le basin de Paris. On les retrouve en bordure de Bresse, dans la côte de Bourgogne et en bordure des massifs anciens (en rouge) des Vosges et de forêt Noire.
Les fossés d’effondrement s’identifient par des teintes jaunes (tertiaires) ou par du blanc (quaternaires).

4ieme de couverture


 

MONTBÉLIARD
Au fil des araignées

Au Pavillon des Sciences (Montbéliard), l’exposition explique le fonctionnement et le mode de vie des araignées et surtout de celles de nos maisons et jardins. Quelques spécimens vivants (ex : une mygale).
Renseignements : 03 81 91 46 83.

ORNANS
Le retour du « Chêne de Flagey »

Désormais, le célèbre tableau « Le Chêne de Flagey » est aux cimaises du musée Courbet d’Ornans.
Le Conseil général du Doubs, propriétaire du musée, a mobilisé des fonds de collectivités, du mécénat (une quarantaine d’entreprises) et des dons de particuliers (1500 souscripteurs) pour acquérir cette œuvre, en possession depuis 1987 d’un collectionneur privé japonais, Michima Murauchi.
Le tableau a été peint par Gustave Courbet en 1864 et vendu aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. (Cliché Conseil général du Doubs).

LONS LE SAUNIER
Sauvé des eaux, sauvé du temps

Au Musée des Beaux-Arts, l’exposition (12 mars-15 septembre) dresse un panorama de pièces archéologiques en matières organiques provenant de divers sites jurassiens ou de l’étranger.
Par exemple : bois secs, bois gorgés d’eau, bois animal, cuir, éponge animale, fibres végétales etc du musée archéologique de Lons le Saunier, des sites lacustres du néolithique et de l’âge du bronze, de Chalain, du site gallo-romain de Chavéria, des sites médiévaux d’Ilay et de Présilly et d’une collection d’égyptologie.

PONTARLIER
Les Amis des Arts : 100 ans

Pour le centenaire de sa fondation en1912, l’Association des Amis des Arts, l’une des plus anciennes sociétés culturelles de Pontarlier, vient de publier un important catalogue.
Avec ses quelque 214 pages, il présente les œuvres et les biographies de plus 200 artistes d’hier et d’aujourd’hui.
Des découvertes et des coups de cœur.
Prix 19 euros. Renseignements : Philippe Jacquemin. Tél. : 03 81 46 68 04 ou 06 86 93 14 33.

 

Haut de la page ou N° :       310  309  308  307  306 305 304 303 302 301 300 299 298 297  annexes au format texte